Le souvenir

 

Par un froid printemps ou un vif hiver

je me promenai ou bien j'étais statique

par habitude et comme tout change si vite

je m'en souviens ou bien j'invente un peu

 

Nous avions beaucoup bu, tout était clair

et j'étais soucieux, pourtant téméraire

parce qu'il faisait chaud, frais le soir

mais j'étais sobre, mais sans lunettes, aveugle!

 

J'ai tout entendu alors! Epatant!

Et si j'en dis plus, si vous étiez là...mais

vous en sauriez plus...vous étiez absents.

 

Ma mémoire s'affine, s'annule jour pour jour

comme si d'un rêve était né mon réel

c'était un bel été, nous avions très soif

Xavier Frandon