11 janvier 2014

Trois poèmes de Patrice Maltaverne

  Cette route tourne d’elle-même   Et les arbres de chaque côté   Nous piègent   Sans être brûlés par l’infini   Nous ne dépassons jamais le premier cercle de l’enfer   Atteints de la verdeur la plus sombre   Nous culbutons de fossés en plateaux   Il n’est pas possible de savoir de quoi   Se décomposera notre futur   Nos visions accidentelles   Sont affligées d’arides contours   Là où les visages préparent à eux seuls   Un autre monde comme... [Lire la suite]
Posté par xavathor à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]